My postpartum journey in four words? Magic, love, illness and loss.

Mon parcours post-partum en quatre mots ? Magie, amour, maladie et perte.

Sep 20, 2021sophie nelson

(TW : perte post-partum)

Le post-partum est tout à fait unique pour chaque femme et chaque famille. Ici, deux mères, Wieder Gluecklich et Michelle Macht, ouvrent le voile sur leurs expériences personnelles post-partum.

Wieder Glücklich

Mon parcours post-partum en quatre mots ? Magie, amour, maladie et perte.

Après mon premier accouchement, je n'ai pas eu de voyage post-partum, mon fils était en phase terminale et je m'asseyais près de son lit tous les jours jusqu'à ce que mon corps soit si épuisé que je n'en pouvais plus. Lorsqu'il est décédé à l'âge de huit jours, ni moi ni le reste du monde n'avons plus pensé à mon post-partum. Il n’y en avait tout simplement pas.

Après mon deuxième accouchement, j'ai vécu ma plus belle expérience post-partum. Mon deuxième fils était notre rêve devenu réalité et j'ai enfin pu vivre l'expérience d'être maman. Nous l'avons ramené à la maison quand il avait un jour. J'ai conduit moi-même et dès le premier jour j'ai fait tout ce que j'avais fait avant l'accouchement, mais cette fois, j'ai tout fait d'une seule main car je ne l'ai presque jamais rabaissé. J'ai adoré cette période et mon corps ne s'en souciait pas si je ne me reposais pas - ça a fonctionné.

Avec mon troisième fils, je voulais tout faire différemment. Pour la première fois, j’avais des idées fermes sur ce à quoi devrait ressembler mon post-partum.

Malheureusement, cela ne s'est pas passé comme prévu. Nous sommes rentrés à la maison quand il avait 12 heures et mes hormones ont pris le dessus et mon corps a fonctionné comme avant.

Mais quand il avait 6 jours, mon fils a attrapé un virus transmis par son père. Cela l’a frappé très durement et il a dû se battre pour survivre à l’hôpital pendant deux semaines. Durant les semaines et les mois qui ont suivi, il était très fragile et constamment malade – nous avions peur pour lui. Mon post-partum vérifiait constamment sa respiration et ses signes vitaux et pour la première fois, j'étais triste de ne pas avoir vécu l'expérience post-partum habituelle.

Michelle Macht

Mon parcours post-partum a été épuisant, court, exigeant et intense.

Après mon premier bébé, j'étais criblée de douleur et il m'a fallu beaucoup de temps pour me remettre de l'accouchement épuisant et des blessures liées à la naissance. Je n'avais pas de sage-femme, j'étais souvent en insécurité, je pleurais beaucoup et je me sentais mal, même si j'avais beaucoup de soutien de mon mari et de ma mère.

Pour mon deuxième bébé, dès le premier jour à la maison, j'ai dû fonctionner à nouveau car ma fille aînée avait tellement besoin de moi que j'ai à peine eu le temps de récupérer. Elle était malade quand j'ai accouché et quand je suis rentré de l'hôpital avec son frère, elle ne voulait que maman. Elle a également mis du temps à s’adapter à son nouveau rôle de grande sœur.

Mon mari a repris le travail très vite et j'ai dû tout gérer seule : les courses, la cuisine, les tâches ménagères, la répartition du temps entre un nouveau-né et un bambin.

Dès que mon tout-petit se couchait le soir et que j'allaite mon fils, j'ai pleuré. Souvent, lorsque le calme revenait, les sentiments montaient. Épuisement, douleur, tristesse, colère, frustration et sentiment de rater un moment si précieux avec mon fils. Le chaos hormonal n’a certainement pas aidé.

Il nous a fallu un certain temps pour accepter la nouvelle situation, nous installer en famille et trouver une nouvelle routine.



Plus d'articles